Dans la peau d’un chef de gang

Dans la peau d’un chef de gang

coeurCoup de cœur

Je me réveillai vers 7h30 dans une fumerie de crack, appartement 1603 dans l’immeuble 2301 des Robert Taylor Homes. Le « toit » comme on appelait cet appartement, parce que chacun savait que l’on pouvait y planer bien plus haut que le véritable toit.

Armé d’un questionnaire à choix multiples, Sudhir Venkatesh, alors étudiant en première année de sociologie, vadrouille dans un ghetto de Chicago, afin de collecter des informations sur les conditions de vie de ses habitants et de compléter les statistiques du département de son université.

Le jeune étudiant ne sait pas encore qu’il va devenir l’ami de J.T., le chef du gang qui contrôle le quartier, ni qu’il passera la décennie suivante sous sa protection, à écouter et à observer les dealers, les squatters, les prostituées, les proxénètes, les militants, les flics, les travailleurs sociaux, les drogués, et, qu’en consignant ses observations, il deviendra le sociologue le plus en vue aux États-Unis.

Haut de la page ↑


Haut de la page ↑