Sans papiers

Sans papiers

C’est ici que j’habite avec papa.

La guerre a tué sa maman et ravagé son pays. Il y a eu l’exil avec son papa et l’arrivée en France « une terre d’asile ». Quatre ans après, leur statut de clandestins n’a pas changé mais la vie est là ; la petite fille parle bien le français et l’a appris à son père,  elle s’est fait des amis, va à l’école, connaît les départements sur le bout des doigts, récite Jacques Prévert et chante La Marseillaise.

Ce matin elle a mis sa plus belle robe pour la photo de classe…

Haut de la page ↑


Haut de la page ↑