Quand la littérature jeunesse aide votre enfant à s’ouvrir à l’Autre – La différence d’origine, 1

Mains en cercleQuel bonheur d’imaginer votre enfant ouvert à l’Autre, tolérant face à la différence, respectueux, dans l’empathie. Grâce à votre éducation et à celle de l’école, il sait ce qui est « bien » et « pas bien », mais en pratique les choses se compliquent !

  • les différences de l’Autre peuvent déranger, interroger inquiéter, amener au rejet,
  • les adultes ne sont pas toujours exemplaires dans leurs comportements d’ouverture à autrui,
  • les actualités montrent des choses choquantes, angoissantes où l’Autre n’est pas du tout respecté.

Votre enfant va devoir se construire avec ces contradictions : les siennes, les vôtres et celles du monde. Comment l’accompagner dans ce cheminement parfois tortueux ? Comment lui faire comprendre le droit à la diversité de chacun, sans occulter la réalité des préjugés, du rejet et de la discrimination ?

Accueillir sereinement les échanges avec votre enfant

Quand votre enfant vous pose une question dérangeante, peut-être votre cœur balance-t-il entre le désir d’avoir LA RÉPONSE PARFAITE et celui de fuir. Pourquoi ? Parce que le Super parent que nous rêvons d’être aimerait éclairer et rassurer son enfant en trouvant les mots justes… mais ceux-ci ne sont pas toujours au rendez-vous. Et ce qui était pertinent dans une situation ne l’est pas forcément dans une autre.

Alors parfois nous préférons éviter les sujets délicats que nous avons du mal à supporter, devant lesquels nous nous sentons impuissants. Nous préférons couper l’échange et les actualités.

Mais c’est sans compter sur le super réseau social que sont les copains et la cour d’école, avec leurs infos, intox et questions sans filtre !

Il existe heureusement des personnes sensibles et douées pour mettre des mots sur les réalités qui nous dérangent. Je ne parle pas des réponses toutes faites ou des conseils donnés aux Supers parents, je parle du travail de l’écrivain jeunesse.

litterature-10Vous allez découvrir que la littérature jeunesse est bien plus qu’un divertissement pour votre enfant. Elle peut vous offrir un espace précieux de rencontre où chacun va pouvoir s’exprimer.

Vous allez découvrir qu’en prenant appui sur le travail littéraire et graphique d’auteurs et illustrateurs jeunesse, vous semez les pousses de la culture générale de votre enfant.

Vous allez découvrir qu’il existe de multiples façons de raconter qui est l’Autre et que nous sommes toujours l’Autre de quelqu’un.

A travers 5 petits dossiers, je vous invite à me suivre pour faire la connaissance de personnages, d’univers, de situations qui aideront votre enfant à s’ouvrir à celui qui est Autre par sa différence d’origine.

Les albums que vous allez découvrir sont ceux avec lesquels j’ai travaillé lors de la formation Lire et faire lire Vendée, animée en mars 2018, à la Roche sur Yon.

La différence d’origine – 1
Le départ, la fuite de son pays

Dis, pourquoi les gens ils quittent leur pays ?

La bille d’Idriss

couverture La bille d'IdrissTexte de Réné Gouichoux, iIlustrations de Zaü,
Rue du Monde, 2017

IIdriss est un petit garçon qui vit en Afrique, dans la misère. Ses seuls trésors sont l’amour de sa maman, l’attachement à son pays et une petite bille avec laquelle il joue et s’évade. Quand la guerre ravage son pays, il faut fuir…

J’aime les albums jeunesse qui racontent autant qu’ils laissent deviner. René Gouichoux et Zaü ont ce talent : à travers l’histoire d’Idriss, nous découvrons la guerre, la perte de repères qu’engendre l’exode, mais malgré ce drame, deux présences fortes soutiennent l’enfant :

  • la bille, unique trésor matériel, symbole de l’univers de l’enfance,
  • la mère d’Idriss dont la présence m’a impressionnée.
    Ce n’est pas une maman tendresse qui est représentée ici, c’est une maman autoritaire dans le bon sens du terme : celle qui malgré la précarité de la situation garde l’autorité, contient, guide… de manière ferme, par sa voix, par ses bras qui empoignent l’enfant.

Akim court

Texte et illustrations de Claude K.Dubois
Pastel, 2012

Couverture Akim courtAkim joue tranquillement avec d’autres enfants quand un bruit sourd et des tirs se font entendre. Dans le village d’Akim, les gens se mettent à courir dans tous les sens. Akim court comme les autres. Il veut rentrer à la maison. Mais sa maison est détruite, il n’y a plus personne.

Cet album poignant fait partie de mes coups de cœur. Nous découvrons au fils des pages la détresse d’Akim qui passe d’une vie insouciante à la terreur des bombardements et à la disparition de sa famille. A travers ses illustrations sobres, Claude K. Dubois nous raconte tellement de choses : la peur, la destruction, les mains qui se tendent pour aider l’enfant, la solitude, les bras qui l’accueillent, la tristesse, le manque, le réconfort, l’exil…

Je fonds devant l’univers graphique de Claude K.Dubois : il se dégage des silhouettes de ses personnages une telle tendresse, une telle intensité, sans jamais tomber dans le pathos.

Comme vous le voyez, ces deux albums abordent des sujets délicats, sources de questionnement et d’angoisse : la guerre, la perte de repères, la peur de perdre les siens, mais quelle subtilité pour en parler, que de beaux messages implicites sur l’espoir et  la présence protectrice de l’adulte.

Couverture Tu vois la LuneTu vois la Lune

Texte d’Agnès de Lestrade,
Illustrations d’Anaïs Bernabé,
Éditions Anna Chanel, 2010 (titre épuisé)

Le long périple d’une famille qui fuit non pas la guerre mais la sécheresse de sa terre d’Afrique.
A travers les yeux de la jeune narratrice, nous redécouvrons les richesses de notre monde moderne, baptisé « la Lune », tellement il est éloigné de la réalité des personnes en exil.

Je n’osais pas demander où était le grand tuyau avec l’eau qui coulait toute seule.
Ma langue était comme un caillou.

Demain je reviendraiDemain je reviendrai

Texte de Karine, Epenoy,
Illustrations de Séverine Blondel Salomon,
L’atelier du poisson soluble, 2013

Sur quelques bouts de papiers déchirés puis recollés, un homme fuyant son pays en guerre écrit son voyage, son rêve d’une vie meilleure, son évasion et sa reconduction à la frontière.

Dès que j’ai eu cet album entre les mains, j’ai tout de suite été saisie par la force des illustrations : des mains s’agrippent, serrent le poing, recueillent une fleur, sont menottées… C’est beau et puissant.

Puis le texte, percutant, écrit sur des pages de carnet déchirées, froissées.

Pourquoi cette détermination te rend-elle muet ? Ne vois-tu pas que je suis mal né ?

Un livre intemporel dont la voix pourrait être celle de n’importe quelle personne fuyant la misère et la terreur. Et en face : toute personne vivant dans un pays en paix. Un album engagé que je conseille à partir du CM mais aussi aux collégiens, lycéens et adultes.

Je vous laisse méditer sur les questions et pistes soulevées dans ce dossier.

Rendez-vous dans 3 jours pour découvrir 4 albums jeunesse sur La différence d’origine – Exil : décalage entre le rêve et la réalité.